Malaisie

Le Premier ministre Najib Razak mène une guerre personnelle contre les médias jugés trop indépendants et n’hésite pas à envoyer les forces de l’ordre dans les rédactions. La chasse aux journalistes critiques s’étend aussi à Internet où certains sites comme Sarawak ou The Edge ont été bloqués pour avoir rapporté des allégations de corruption visant des responsables officiels. A l’approche des élections locales à Sarawak (île de Borneo), en avril 2011, de nombreux sites Internet de l’opposition ou d’information avaient été victimes de cyberattaques de type DDoS, parmi lesquels les sites Sarawak Report, Radio Free Sarawak, Dayak Baru Blog et Malaysiakini. Des lois draconiennes telles que l’Internal Security Act (ISA) ou encore le Sedition Act permettent aux autorités d’intimider les journalistes et les blogueurs critiques : dans les 2 premiers mois de l’année 2015, pas moins de 23 journalistes et blogueurs ont été interrogés par la police pour leur déclaration en ligne. En l’absence d’une justice indépendante, le gouvernement n’hésite pas non plus à harceler certains médias en les traînant devant les tribunaux.