Boxun-Chine

Boxun

Portail d’information créé à New York en mars 2000, Boxun doit son succès à sa réactivité dans le traitement des informations sensibles en Chine. Dès le départ, le média adopte le modèle du journalisme citoyen. Malgré ses ressources limitées, le site redouble d’efforts afin de vérifier les informations qu’il acquiert, souvent de sources anonymes. Son but: se conformer aux normes internationales en matière d’éthique et de règles éditoriales en vigueur chez les journalistes professionnels. Chaque envoi d’information à Boxun, chaque publication du site met en danger son auteur/contributeur. Identifiés par les autorités chinoises, certains d’entre eux ont été arrêtées, passées à tabac, ou même contraints à des aveux publics. Malgré les menaces, Boxun.com propose des contenus originaux, en mandarin et en anglais, articles écrits par des correspondants, contributions et analyses signées par des auteurs connus ou non, ainsi que des forums, complétés par des reprises d’articles, de blogs, d’informations issues de médias en chinois. Boxun constitue aujourd’hui un outil indispensable d’information indépendante sur la Chine et l’un des sites d’informations les plus influents.

mingjing

Mingjing News

Média d’information indépendant et participatif, Mingjing News publie des articles traitant de la politique chinoise, de l’économie, des questions sociales, et de l’histoire chinoise. Ses publications contiennent très souvent des informations que les médias chinois ou le gouvernement ne souhaitent pas divulguer. Le site permet également aux internautes de commenter et de contribuer significativement aux contenus (images, textes, vidéos) publiés. En 2014, les révélations du site sur l’investigation secrète à l’encontre de Zhou Yongkang, membre du bureau politique du Parti communiste chinois, sont un exemple des nombreuses informations sensibles qui déclenchent régulièrement des ordres d’attaques informatiques ou de renforcement de la censure à l’encontre de Mingjing News.

Ce site est la propriété du Mirror Media Group, groupe de publication créé au début des années 90 au Canada. Aujourd’hui, il dispose de bureaux aux États-Unis, à Hong Kong et à Taiwan. Son fondateur et directeur du site, Ho Pin, est un expert renommé en politique. Ce dernier a une longue carrière de journaliste dans les médias chinois et est également connu pour ses ouvrages politiques régulièrement bannis par Pékin, dans lesquels il dénonce la censure politique. En mai 2014, il s’est publiquement indigné de l’inculpation de la journaliste Gao Yu.

thetibetpost.com

Tibet Post International

Fondé par un groupe de journalistes tibétains en exil en décembre 2007, le Tibet Post International (TPI) est un site d’information en trois langues (anglais, tibétain et mandarin) basé à Dharamsala en Inde. Ce média a pour but de promouvoir la démocratie et la liberté d’expression au sein de la communauté tibétaine et d’informer sur les atteintes aux droits de l’homme dans la région autonome du Tibet en Chine. En décembre 2012, le TPI a lancé un bimensuel en anglais destiné à la communauté tibétaine vivant à Dharamsala.

Aujourd’hui, le TPI constitue l’une des premières sources d’information sur le Tibet pour la communauté internationale mais aussi pour la population chinoise dont le nombre de lecteurs ne cesse de croître malgré le blocage du site par les autorités chinoises.

Fort d’un réseau de sources situées en Chine, le Tibet Post International traite de la censure et de la répression de la liberté de l’information perpétrées par les autorités chinoises. Le site publie régulièrement des informations exclusives sur les Tibétains qui tentent d’informer le monde extérieur sur leur situation ou sur les restrictions successives mises en place par la police ou l’armée afin de contrôler la circulation de l’information dans la région ou de surveiller les faits et gestes de la population.

Entre 2008 et 2014, le Tibet Post international a activement soutenu les journalistes-citoyens Dhondup Wangchen et Jigme Gyatso emprisonnés alors qu’ils tournaient un documentaire en marge de l’organisation des Jeux olympiques à Pékin.