danlambaovn

Dan Lam Bao

Au Vietnam, la presse est soumise à un système de censure préalable supervisé par le département de la propagande. Les autorités font la chasse aux blogueurs indépendants et aux journalistes-citoyens qu’elles condamnent à de lourdes peines de prison ou soumettent à une violence terrible. Malgré la répression, certains sites, comme Danlambao, continuent à faire valoir le droit à l’information de tous les citoyens.

Créé en juillet 2009 et bloqué depuis par les autorités vietnamiennes, Danlambao permet aux internautes de partager leurs opinions librement et de bénéficier d’une information plurielle, en relayant les voix de toutes les classes de la société. Ses collaborateurs comprennent des blogueurs indépendants, des journalistes de médias traditionnels et des lanceurs d’alerte au sein du gouvernement.

Le 12 septembre 2012, le Premier ministre Nguyen Tan Dung a émis une ordonnance administrative accusant Danlambao de « publication de fausses informations, fabriquées et mensongères afin de calomnier les dirigeants de la Nation, d’agiter la population contre le Parti et l’État, de provoquer des doutes et de créer une mauvaise publicité réduisant ainsi la confiance du peuple dans l’Etat. » L’ordonnance demandait au ministère de la Sécurité publique d’enquêter et de discipliner toute personne qui serait affiliée à Danlambao.

En conséquence, de nombreux contributeurs du site publient sous des pseudonymes pour éviter d’être arrêtés par la police ou de voir leur famille harcelée en représailles à leur activité.