Archives du mot-clé Ennemis d’Internet

Pakistan : La censure instrumentalisée

Autorité des Télécommunications du Pakistan (PTA)

En février 2012, le ministère des Technologies de l’information pakistanais lançait un appel d’offres destiné au déploiement d’un système de filtrage national du Net s’inspirant de la grande muraille électronique chinoise. Cette volonté des autorités de limiter la liberté d’accès à l’information en ligne s’est confirmée en septembre 2012, lorsque les internautes se sont vus interdire l’accès à l’intégralité de la plate-forme de vidéo YouTube, en réaction à la publication du « film » L’Innocence des musulmans, jugé blasphématoire. Actuellement, entre 20 000 et 40 000 sites seraient bloqués, du fait de l’Autorité des Télécommunications du Pakistan (PTA), principal organe de régulation du Web, étroitement contrôlé par le gouvernement et l’armée.

Lire la suite

Vietnam : l’Internationale des blogueurs

Ministère de l’Information et des Communications

Le pouvoir vietnamien ne tolère aucun débat politique en ligne et musèle sans pitié blogueurs et cyberdissidents qui osent remettre en question sa légitimité ou sa politique interne. Pour contrôler l’information en ligne, il a déployé une force de frappe judiciaire, administrative et technologique, centrée sur le Ministère de l’Information et des Communications. Même si les autorités et la justice ne se privent pas d’abuser des articles 88 et 79 du code pénal pour emprisonner les acteurs de l’information, le MIC conduit sa propre politique de censure du Net, de plus en plus écrasante et minutieuse.

Lire la suite

Inde : Big brother en marche

Centre de développement des télématiques

Les autorités indiennes ne se sont pas jointes à la vague d’indignation qui a suivi les révélations d’Edward Snowden sur la NSA. Et pour cause. New-Delhi dispose d’un système de surveillance de très grande ampleur, renforcé depuis les attentats de Bombay en 2008 : le Central Monitoring System, CMS. Développé par le Centre de développement des télématiques (Centre for Development of Telematics, C-DOT), il permet un accès direct, illimité et en temps réel à tous types de communications électroniques sans avoir besoin de passer par les fournisseurs d’accès à Internet. Lire la suite

Chine : la Grande Muraille électronique à son apogée

Bureau d’État de l’information sur Internet (SIIO), Bureau de l’Information du Conseil des affaires d’État (SCIO)

Très tôt, les dirigeants chinois ont découvert que, plus qu’un instrument de liberté d’expression, Internet représentait un véritable défi politique. Pour justifier la mise en place d’une lourde censure et de la surveillance systématique des internautes du pays, ils mettent donc en avant la nécessité d’assurer au pays stabilité et harmonie. Dans les faits, l’Internet chinois est l’un des plus fortement réglementés au monde. Il reste cependant un vecteur privilégié de la circulation de l’information.

Lire la suite

Corée du Nord : Internet parano

Agence centrale de l’information scientifique et technologique

La Corée du Nord est l’un des rares pays au monde où, pour juger de la censure, il faut se contenter d’observer ce qui est visible en ligne. Le pays n’est pas véritablement relié à Internet et les autorités continuent de maintenir soigneusement la grande majorité de la population à l’écart du monde, et même de l’intranet national. Développé par l’Agence centrale de l’information scientifique et technologique (CSTIA), cet intranet très limité et contrôlé ne vise aucunement à informer la population mais seulement à diffuser l’idéologie officielle et à renforcer les compétences techniques de ceux qui œuvrent pour la patrie. Pour parfaire cette chape de plomb, des unités spéciales, dont le « Groupe 109 » et le « Département 27 », sont chargées de la traque physique des appareils numériques en provenance de l’étranger.

Lire la suite