Archives de l’auteur : moyenorient3

L’Arabie saoudite : la Mecque du blocage

La CITC (Communication and Information Technology Commission) et l’ISU (Unité des services d’Internet)

La surveillance et la censure de la Toile, implacables depuis des années dans le Royaume wahhabite, se sont intensifiées avec les soulèvements populaires dans les pays arabes en 2011, réduisant à une peau de chagrin le seul espace de liberté pour les opinions et informations non officielles. Dernière cible des autorités depuis décembre 2013 : la plateforme de vidéos YouTube. Six mois plus tôt, l’accès au service Viber avait été coupé.

A Riyad, les principaux Ennemis d’Internet sont la Commission en charge des communications et des technologies de l’information et l’Unité des services d’Internet. Loin de s’en cacher, elles assument leur choix de censure et revendiquent le blocage d’environ 400 000 sites.

Lire la suite

Syrie : La traque en ligne, une affaire de famille

Syrian Telecommunications Establishment (STE), Syrian Computer Society (SCS)

Dès mars 2011, le régime de Bachar Al-Assad a violemment réprimé les rassemblements pacifiques appelant à des réformes démocratiques et renforcé son contrôle sur l’information, en ligne et hors ligne. La mainmise de la famille Al-Assad sur les infrastructures permet par exemple de réduire le débit d’Internet pour ralentir la diffusion d’images sur ces manifestations et leur répression. Avec l’aide des unités spécialisées au sein des différents services de sécurité, le pouvoir utilise un véritable arsenal pour surveiller la Toile et traquer activistes et dissidents.

Lire la suite

Emirats Arabes Unis : la traque aux « cybercriminels »

L’Autorité de régulation des télécommunications (TRA) et les Unités de lutte contre la cybercriminalité

Se sentant menacé, le gouvernement émirati a profité du contexte politique tendu en 2011 pour renforcer son contrôle sur l’information et les communications. En 2013, il a imposé un black-out autour du procès des 94 Emiratis accusés de conspiration et de liens avec le parti Al-Islah, affilié aux Frères musulmans. Seuls quelques médias nationaux ont pu assister aux audiences et deux net-citoyens ont été condamnés pour avoir tweeté des informations.

L’Autorité de régulation des télécommunications (TRA) et les Unités de lutte contre la cybercriminalité coordonnent leurs efforts pour surveiller et censurer Internet. Fin 2012, une loi sur la cybercriminalité est venue renforcer le dispositif répressif dans un pays où l’autorité judiciaire est totalement soumise au pouvoir politique.

Lire la suite

Bahrein : pas de printemps pour Internet

Ministère de l’Intérieur – Appareil de sécurité nationale

Trois ans après le début du soulèvement populaire qui a ébranlé le pays, la monarchie bahreïnie s’emploie à museler tous ceux qui exigent réformes démocratiques et respect des droits de l’homme. Alors qu’Internet est devenu l’espace privilégié des Bahreïnis pour échanger des informations et exprimer leurs revendications, les autorités perfectionnent sans cesse leurs outils et leurs méthodes de surveillance et de censure de la Toile pour contenir les voix dissidentes et soigner l’image du pays à l’extérieur. Deux institutions sont à la manœuvre : le ministère de l’Intérieur et l’Appareil de sécurité nationale (National Security Apparatus, NSA).

Lire la suite